Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'ombre

18 Octobre 2015 , Rédigé par MarieCornaline Publié dans #Chansons

L'ombre

C’est le fouillis dans mes rêves,
Trop de poussière aux étagères,
Et je me noie dans un verre d’eau,
J’en ai pris des chemins,
Trop tôt.

Je cherche des choix dans les poubelles,
De ceux que la vision appelle,
Des monticules de bouts de trop,
Qu’ils auraient pu jeter,
A l’eau.

C’est pas facile vous savez,
De se retrouver le nez coincé,
Entre le vide et la raison,
Quand d’autres croulent sous les,
Passions.


Je lâcherais bien la proie,
Pour l’ombre,
Mais je suis en proie,
Au fait,
Qu’il n’y a pas l’ombre,
D’une ombre.



Pourtant j’ai des réminiscences,
Des miettes de soif en abondance,
De l’époque où mon cœur tout fin,
Battait aux rythmes des,
Demains.

C’était coloré il me semble,
Bruyant comme des adolescentes,
Pas une seule ride sur les horloges,
Et des avenirs plein,
La gorge.

C’était le temps où on pensait,
Qu’il était une éternité,
Où il se faisait des histoires,
Mais pas entre rêver,
Et croire.


Je lâcherais bien la proie,
Pour l’ombre,
Mais je suis en proie,
Au fait,
Qu’il n’y a pas l’ombre,
D’une ombre.



Faut dire qu’à force de dormir,
Sur ses lauriers de plastique,
On finit par aimer le leurre,
Perdre la saveur et,
L’odeur,

On tente de jouer aux échecs,
Coincé dans leur Monopoly,
Toujours forcé de faire des chèques,
Et d’abandonner la,
Partie.

Faut dire qu’à force de raison,
On tarit nos aspirations,
Et puis quand l’envie nous revient,
C’est page blanche sur nos,
Desseins.


Je lâcherais bien la proie,
Pour l’ombre,
Mais je suis en proie,
Au fait,
Qu’il n’y a pas l’ombre,
D’une ombre.

hebergement d'image

Merci à Nathalie Boissery-Demene de m'avoir autorisée à utiliser sa photo.

Partager cet article

Commenter cet article